Make your own free website on Tripod.com

La décompression et les tables de plongée


Le principe
Les paliers de décompression
La courbe de sécurité
Les tables de plongées
Les ordinateurs de plongée
Dernier palier et vitesse de remontée

Le principe 
Lorsque nous plongeons, notre corps et  l'air que nous respirons sont soumis à la pression ambiante. Cet air se dissout donc dans notre corps. L'oxygène sera absorbé par nos tissus, ce qui ne sera pas le cas de l'Azote. La quantité d'azote dissous dépend donc de la profondeur et du temps de plongée.
A la remontée, cet Azote dissous va tendre à la sursaturation, le dégazage aura alors lieu sous forme de bulles dans nos tissus (sang, articulation, os, système nerveux, ...) provoquant de graves dégats ( accident de décompression ).
Afin d'éviter ce type d'accident, il convient de ne pas remonter trop vite et de respecter des paliers de décompression .



Les paliers de décompression 
Les paliers de décompression sont des arrêts que l'on fait lors de la remontée. Ils permettent d'éliminer une quantité d'Azote suffisante pour éviter la formation de bulles.

La courbe de sécurité 
La courbe de sécurité indique, en fonction de la profondeur, le temps maximum de plongée sans palier.
 Marine Nationale MN90
10 m
5 heures 30
15 m 
1 heures 15
20 m 
40 minutes
25 m 
20 minutes
30 m 
10 minutes 
35 m 
10 minutes 
40 m 
5 minutes 
Vitesse de remonté : 
          - 15 m/min
          - 10 sec/m entre les palliers
Il est impératif de connaître une courbe de sécurité par coeur !
Par mesure de sécurité, et afin de limiter la fatique d'après plongée il faut respecter un palier de sécurité de 3 minutes à 3 mètres.


Les tables de plongées 
Les tables de plongées indiquent, en fonction du temps et de la profondeur maximale atteinte, les différents paliers à respecter.
Il existe plusieurs tables (ffessm, us navy, tables de travail, Bulhman, ...). Le principes de calcul de ces tables est toujours à peu près le même : on se base sur un modèle mathématique de saturation logarithmique de plusieurs tissus pour établir un premier jet. Ces valeurs sont ensuite corrigées empiriquement ...!
Pour utiliser correctement ces tables il faut en respecter très strictement l'utilisation : Exemple :
Soit la table ci-dessous
 
Profondeur
Durée de plongée
Pallier à 3 m
28 m
15
20
25
30
35
40
-
1
2
6
12
19
30 m
15
20
25
30
35
40
1
2
4
9
17
24
32 m
15
20
25
30
35
40
1
3
6
14
22
29 (+1 min. à 6m)
MN90 - Vitesse de remonté : 15 m/min  -  10 sec./m entre les palliers

Un groupe de plongeur s'immerge à 14h00 fait toute sa plongée à 28 mètres, mais fait une incursion rapide à 31 mètres. Le début de la remontée a lieu à 14h31.
L'entrée dans la table devra être : 32 mètres (entrée immédiatement sup. à 31 mètres), pour une durée de 35 minutes (sup. à 31 minutes).
Ils devront donc effectuer un palier de 22 minutes à 3 mètres.
Note : s'ils avaient plongé une minute de moins, ils seraient entrés dans la table à 32m, 30min. et n'auraient  fait que 14 min. de palier. De même, s'ils avaient évité leur rapide incursion à 31 mètres, ils seraient entrés dans la table à 28m, 35min. et n'auraient  fait que 12 min. de palier.
Conclusion : Il faut donc bien préparer sa plongée et respecter strictement ce que l'on s'est fixé.
 
Important : Les considérations et les exemples de cette page sont simplifiées au cadre d'une plongée en mer par jour. Il est bien évident qu'en cas de plongée multiple ou en altitude l'ensemble des valeurs indiquées ici ne sont plus exploitables. 


Les ordinateurs de plongée 
Le principe des ordinateurs de plongée est de calculer les paliers en fonction du profil réel de la plongée afin d'éviter la pénalisation de la "plongée carrée" des tables. Ils calculent la durée de remontée, les paliers même en cas de plusieurs plongées dans la même journée. Ils savent également indiquer la vitesse de remontée en fonction de la profondeur (puisqu'en fait c'est la variation de pression qui importe). Certains d'entre eux intègre même une analyse de la consommation d'air et indique le temps d'air disponible et prennent en compte un éventuel essoufflement  (le nec plus ultra).
Le choix d'un ordinateur de plongée doit se porter sur un modèle plutôt conservateur (qui indique les temps de palier les plus longs) et qui dispose d'un compartiment (simulation d'un tissu) pour les micro-bulles générées par une remonté trop rapide.

Dernier palier et vitesse de remontée 
Le dernier palier se fait traditionellement à 3 mètres.
Question : comment définir une profondeur de 3 mètres lorsque qu'il y a une houle de 1 mètre (33% d'incertitude). De plus il est difficile de rester stable si près de la surface, le moindre écart fait que l'on "crève la surface".
Voici ce que j'applique : faire le dernier palier à 5 ou 6 mètres en conservant le temps de palier à 3 mètres .
Après en avoir discuté avec des balaises (BEES2 et BEES3) et des médecins plongeurs il semble que le surcroit de pression à 5 mètres, qui devrait ralentir la désaturation soit compensé par une taille réduite des micro-bulles qui sont mieux éliminées.

Par ailleurs, le temps de remontée est un paramètre hyper important pour la sécurité.
Voici (encore) mon conseil : respectez le temps de remontée indiqué par vos tables / votre ordinateur (voire même un peu plus lentement), et prenez une minute pour remonter du dernier palier (pas de remontée en fusée à la fin des paliers).
Vous serez ainsi plus en forme, et diminuerez considérablement les risques.

Naturellement ces règles ne doivent pas aller à l'encontre du reste de la palanquée. La règle numéro 1 de la sécurité du plongeur est de rester groupé en surveillance mutuelle (par binome), et de respecter les consignes du chef de palanquée .
 
 
Retour à la page plongée  M'envoyer un message : jbuet@iname.com